Lettre ouverte de Jean Pierre DECUNG Membre du collectif Linkyrik

2017-12-06

 Pourquoi nous refusons les compteurs communicants, Linky, Gaspar et autres.

 

Alors que nous sommes entourés d’ondes et surveillés par l’intermédiaire de nos téléphones portables et ordinateurs, on peut se demander pourquoi s’opposer à la venue dans nos foyers, d’un appareil à première vue aussi innocent qu’un compteur électrique ;Ce petit boitier que l’on tente par tous les moyens de nous imposer, n’est en fait pas aussi insignifiant qu’il parait. C’’est la première brique d’un système tentaculaire, qui a termes aura des conséquences sur nos vies. On nous le présente comme le moyen de gérer au mieux les flux électriques, bien sûr dans notre intérêt t celui de la planète, cela va sans dire. Intérêt pécuniaire d’abord car il permettra de générer une pléthore de forfaits comme il en existe déjà en téléphonie. Cela aura pour conséquence des ruptures de courant pour les plus démunis (qui ne pourront se payer des forfaits élevés), des délestages aux heures de pointe (quand on en a le plus besoin), et des « effacements » prévus dans les contrats, afin de revendre l’électricité ainsi économisée au plus offrant sur le marché international de l’électricité. La loi du libre commerce l’ayant emporté sur le principe d’un service public, depuis un bon moment déjà. On veut donc à tout prix changer nos compteurs mécaniques qui fonctionnent très bien et qui ont une durée de vie de 60 ans pour des nouveaux qui seront obsolètes dans 15 ans. L’opération coûtera 5 à 7 milliards d’euros. Bien sur on fera payer cette note aux consommateurs tout en supprimant les emplois de releveurs de compteurs…d’une pierre deux coups. Et que dire du gaspillage généré : pas de problème ! Les usines de recyclage, vitrines du développement durable ont été créées pour ça. Cette petite machine couplée aux objets connectés, prendra en mains notre vie, elle allumera nos radiateurs, fermera nos volets, mettra en route notre petit déjeuner et fera fonctionner les robots domestiques chargés de prendre des initiatives à notre place, la voiture électrique nous conduira au travail, etc, etc…C’est la vie rêvée que nos têtes pensantes ont programmée dans la future Smart City*. Un monde toujours plus électrique donc. Sommes-nous assez naïfs pour croire que cette consommation accrue, « mais générée au millimètre » d’électricité » sera compensée par quelques champs d’éoliennes ? Non, c’est le parc nucléaire qui augmentera avec son cortège de déchets radioactifs et ses risques Tchernobilesques que l’on connait malheureusement déjà. Pour collecter les informations sur notre consommation et télécommander notre installation électrique, un courant porteur en ligne (CPL) sera injecté dans le réseau, un signal de 100 Khz se superposant au secteur qui est de 50Hz. Les fils électriques n’étant blindés pour contenir cette charge, nos pièces de vie deviendront des antennes

permanentes, que l’on ait le compteur Linky ou qu’on l’ait refusé. En effet, à partir du

moment où le système des concentrateurs sera mis en place le C.P.L sera diffusé dans

tous les foyers, et il ne s’arrêtera pas au seuil du compteur.

Ces informations personnelles seront collectées par le concentrateur de votre quartier,

puis transmises au Big Data d’Enedis dont on sait de la bouche même de son président

M.Monloubou* qu’il est destiné à devenir un concurrent de Google et autre Facebook.

Voilà un des aspects les plus rentables de l’affaire.

N’oublions pas qu’Enedis est une société anonyme, or nous n’avons jamais vu une

entreprise de ce genre faire de l’altruisme. Elle est, comme toute société industrielle,

faite pour générer du profit. L’affaire Monsanto nous rappelle cruellement le peu de cas

qu’une entreprise de grande taille fait du genre humain et de l’avenir de la planète,

n’ayant aucun scrupule à affirmer des contre-vérités, à produire de fausses expertises

et à faire pression sur les pouvoirs publics. Cette alliance de technologie et de capital

nous précipite dans une fuite en avant, qui détruit notre écosystème et notre humanité.

De plus, Enedis montre bien son visage anti-démocratique, car elle nous met devant le

fait accompli et n’hésite pas de concert avec l’Etat, au nom du respect de lois inspirées

par des techniciens et influencées par des lobbies industriels, à traduire en justice des

maires qui osent au nom du bien public et du principe de précaution, prendre des arrêtés

municipaux interdisant loa pose des compteurs dans leur commune.

(*) toutes ces preuves et informations, concernant les raisons qui nous poussent à

refuser les compteurs communicants se trouvent sur notre site

www.linkyrikez.eklablog.com/

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic