Compteurs Linky et risque sanitaire.

2017-10-26

Le compteur Linky est-il préjudiciable à la santé des personnes qui y sont exposées ? la question mérite d’être posée.

Contrairement aux « anciens compteurs » linky intègre des nouvelles technologies pour collecter et transmettre des informations sur nos consommations d’électricité. Cela se fera par CPL (courant porteur en ligne), c'est-à-dire un signal électrique qui se superpose au courant classique.

Ces informations seront transmises à un concentrateur qui lui-même les enverra par ondes radio à un centre de collecte des informations d’Enedis-edf. 700.000 concentrateurs seront installés en France.

Selon le centre de recherche et d’information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques il apparait que les rayonnements électromagnétiques générés par linky sont conforme à la règlementation en vigueur et qu’il n’y a donc pas de risque sanitaire.

Une question se pose alors ; la conformité à la règlementation élimine-t-elle le risque sanitaire ? Les normes utilisées ne sont pas contraignantes, qui plus est elles furent rédigées par des personnes placées au cœur de conflits d’intérêts. Ce sont des experts de l’Icnirp (organisme privé mandaté par l’organisation mondiale de la santé) qui ont évalué les seuils à ne pas franchir. Pour repère, le représentant français à l’Icnirp est membre du conseil scientifique de Bouygues telecom ! Ces normes ne prennent en compte que les effets avérés, c'est-à-dire immédiat comme les effets « thermiques ». Ainsi le compteur linky ne doit pas émettre d’ondes supérieures à 87 volts par mètre…Nous sommes donc protégés contre le risque de brûlure et n’allons pas « cuire » devant le linky. Mais quid des risques biologiques ? https://bioelectro.wordpress.com/normes/

 

Les industriels se servent alors de ces normes comme outil de communication. Ainsi Enedis-erdf explique que « toutes les études montrent que l’on est bien en deça de toutes les normes sanitaires » et parmi les éléments de langage qu’elle demande à ses salariés d’employer vis-à-vis des clients, elle leur conseille d’expliquer que les émissions d’ondes sont inférieures de 150 à 2000 fois des seuils fixés. En langage clair cela évite essentiellement de se faire rôtir ! 

La norme utilisée impose un seuil fixé à 100 micro Teslas (mesure du champ magnétique), mais bien des spécialistes estiment qu’il faut être très en dessous de ce seuil pour assurer la sécurité des personnes. D’ailleurs dans les zones de lignes à haute tension l’état préconise de ne pas délivrer de permis de construire dés lors que le champ d’induction dépasse 1 micro Tesla (100 fois moins que le seuil de la norme !)…et si c’est une crèche ou une école cette préconisation descend à 0,4 micro Tesla. Pourquoi, parce qu’au-delà de ce seuil les épidémiologistes s’accordent à dire qu’une exposition prolongée pourrait provoquer des leucémies.

Le principe de précaution n’exige-t-il pas alors que soient menées des études complètes et indépendantes avant d’installer Linky dans chaque foyer ?

A ce jour, aucune étude indépendante n’a été réalisée et pourtant Linky va obligatoirement augmenter les champs électromagnétiques sans que nous puissions y échapper (sauf bien entendu à refuser son installation).

Questions :

Avec Linky le CPL passera par tous les fils électriques du logement, pour éviter le rayonnement du CPL il faut utiliser des fils blindés, pour s’en protéger il faudrait refaire totalement l’installation électrique et ce à quel prix ?

Tous les équipements utilisant l’électricité ne vont-ils pas se transformer en antennes et faire rayonner encore plus les ondes dans les immeubles ?

Trop de zones d’ombre planent sur le dossier sanitaire du Linky. Les rayonnements électromagnétiques des 35 millions de compteurs Linky auront-ils des effets sanitaires à plus ou moins long terme, les autorités sanitaires sont incapable de répondre à cette question et c’est ce qui est grave, l’état et EDF (car Enedis n’est qu’une filiale à 100% d’edf) ont-ils le droit de jouer avec notre santé ?

 

Autre danger, les radiofréquences, à savoir les ondes du même type que celle de la téléphonie dont la dangerosité a été clairement établie. Le linky n’en délivre pas mais il envoie par CPL ses informations à un des 700.000 concentrateurs qui vont être installés dans les postes de distribution électrique que l’on trouve « à chaque coin de rue ». Et ces concentrateurs vont communiquer avec un centre de données de la même manière qu’un téléphone portable. Il convient ici de noter qu’Enedis oublie systématiquement d’en parler.

 

La vérité peut être cruelle mais elle est là : Enedis se moque bien du principe de précaution, Enedis ne prend pas en compte les alertes qui font état d’une possible dangerosité de son dispositif car cela mettrait en cause ses plans.

 

Le centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électro magnétiques préconise une distance de deux mètres entre les compteurs et les lieux d’habitation…pratiquement impossible dans les immeubles collectifs…ce centre préconise également une distance de cinq mètres entre les lieux d’habitation et les concentrateurs…impossible puisqu’ils seront installés dans les postes de distribution…

 

Nous subirons donc une augmentation sensible du bombardement d’ondes qui s’abat déjà sur nous et ce n’est pas fini, Enedis nous incite à nous équiper d’un afficheur déporté pour surveiller à tout moment notre niveau de consommation, tout notre domicile serait alors bombardé d’ondes radios puisque le compteur et l’afficheur communiquent par ondes GSM.

 

Sources : Nicolas Bérard – sexy, linky ? – éditions le passager clandestin.

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic