DES CHIFFRES REVELATEURS.

2017-6-05

Entre mars 2014 et mars 2017 il apparait après consultation des listes électorales que 277 nouveaux électeurs se sont ou ont été inscrits soit une hausse de prés de 20%.

 

47% de ces nouveaux inscrits sont nés en Pays basque et 53% sont nés hors Euskal Herria.

La majorité de ceux nes en Euskal Herria sont des jeunes ayant atteint l’âge légal pour voter, la majorité des autres sont des nouveaux arrivants venus s’installer à Itsasu.

 

Ces chiffres sont parlants car ils viennent en contradiction totale avec les tenants de la Mairie qui nous expliquent que la grande majorité des nouveaux arrivants viennent de déplacements à l’intérieur du Pays Basque…Ceci est faux, la majorité des nouveaux arrivants sont des « migrants français » profitant de l’appel d’air défini par les schémas imposés par l’administration centrale repris par les autorités locales. En effet, cette politique sous-tend la recrudescence des processus de spéculation foncière et immobilière, un indéniable phénomène de « substitution de population » - il ne faut pas avoir peur d’employer le terme, du moment que l’on ne lui rattache aucun sentiment xénophobe – dans le labourd côtier et l’intérieur proche de la côte (j’emploie ici les mots justes d’Allande Socarros, journaliste, écrits pour sa tribune libre dans Médiabask du 11 mai 2017).

 

L’intérêt de se pencher sur ses chiffres repose avant tout sur le fait que l’on ne peut pas les trafiquer et qu’ils sont les révélateurs d’éléments que nous dénonçons, de politiques d’urbanisme que nous contestons et d’un avenir si nous n’y prenons garde porteur de grandes désillusions pour Euskal Herria.

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic