Dans le cadre de la consultation publique concernant le permis de recherche d'or "dit de ka

Bonjour,

Je viens faire part de mon opposition au projet minier Kanbo de Sudmine et en voici les raisons principales :

1) Ce projet est économiquement un non-sens, car il n’y a pas assez d’or dans le sol à récupérer sans être obligé d’ouvrir de larges carrières à fort impact négatif sur le paysage et l’écologie locale.

2) Ce projet se sert de vestiges archéologiques miniers encore très présents dans le paysage pour s’implanter sans aucun respect pour ces vestiges de chantiers miniers datant de l’Antiquité. Il s’en sert comme guides de prospection et va tout simplement les faire disparaître dans sa reprise des terrains qui les contiennent. Or ce patrimoine archéologique est à l’inverse des mines actuelles un vrai potentiel économique en termes d’apport au tourisme culturel local avec une perspective de long terme, alors que les reprises minières sont du court terme avec impact négatif sur le paysage et l’écologie locale (pollution des eaux et des sols).

3) Le recyclage des métaux et notamment des métaux précieux comme l’or retirés des objets électroniques et autres qui en contiennent est une action d’économie durable et rapporte bien plus que ce type de projet minier aventureux qui prétend constituer une nouvelle source économique.

4) Il est inadmissible que des projets, qui n’intéressent que ceux qui les portent en complète opposition avec les riverains et les véritables habitants et producteurs de la région qui est sous la menace de tels projets, soient autorisés à être déposés, alors qu’ils ne sont porteurs que de pollutions et d’impacts négatifs pour le plus grand nombre.

5) A l’heure des suites et des engagements de la France lors de la Cop21, il est temps de tourner le dos à une économie minière dont personne ne veut, surtout pas dans des terroirs où l’agriculture responsable et écologique travaille à une qualité de vie et de produits.

6) La mine a par nature un impact négatif, car elle provoque une ablation des terrains qu’elle impacte et fait disparaître les sols humiques. Elle détruit les paysages, pollue l’eau et laisse des friches inaptes au travail agricole et polluées par des concentrés en métaux lourds et autres produits chimiques dangereux pour le vivant et cela pour longtemps (exemple de la mine d’or polluée à l’arsenic de Salsigne dans l’Aude). Ces produits utilisés par la production minière, sans réelle transparence sur ce qui est réellement fait, sont laissés dans les sols. C’est une activité qui minimise tout le temps son impact négatif sur le milieu aux yeux du grand public pour pouvoir s’imposer malgré les refus locaux qui s’expriment.

7) La ville de Cambo-les-Bains vit du thermalisme. Cette activité est totalement ignorée dans le projet. Le périmètre d’exploitation couvre les bassins versants de la Nivelle et de la Nive, et donc la ressource en eau potable de tout le Pays Basque Nord. La mine est une activité polluante qui fait courir un risque sur notre eau potable. 8) La volonté de se lancer dans une activité minière est un sujet majeur qui doit être débattu avec les habitants des territoires concernés. La consultation organisée de 18 jours, sans aucun préavis ne permet pas d’instaurer ce débat, c’est proprement scandaleux d’organiser des semblants de consultation publique sur un si court terme. 9) Le projet prétend avoir un impact « positif » sur l’économie, sans prise en compte réelle de son interaction avec les autres activités économiques locales, comme le tourisme, le thermalisme et le tourisme culturel via la mise en valeur des mines d’or antiques du périmètre minier, ou comme l’agriculture (plusieurs AOC sur la zone non prises en considération).

Béatrice Cauuet

Archéologue au CNRS


Articles récents
Pas encore de mots-clés.
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic