DES MIGRANTS ACCUEILLIS A BAIGORRI.

2016-3-09

Depuis le 20 novembre 2015 et pour une durée de trois mois, le VVF de Baigorri a accueilli une quarantaine de migrants dans une partie de ses locaux. Rappelons que cette opération humanitaire s’est faite grâce à l’action volontariste de la municipalité, qui a répondu favorablement à la demande du Préfet dans le but de désengorger le secteur de Calais. La gestion de leur séjour a été confiée par la Préfecture à l’association ATHERBEA dont le professionnalisme en la matière nous apportait toutes les garanties.

 

Cette période d’accueil er de répit a constitué pour ces personnes fragiles la possibilité de passer une partie de l’hiver dans des conditions décentes, une mise à l’abri dans des centres ouverts sur le territoire. Ce fut aussi l’occasion pour elles, de faire le point sur leur parcours de vie, et d’envisager leur avenir de façon plus apaisée.

 

Pour la commune cet évènement a permis de montrer, au-delà de l’aspect humanitaire, et c’est déjà beaucoup, la formidable mobilisation de la population. Un évènement qui restera dans les mémoires perpétuant ainsi la tradition d’accueil du village. Il y a 23 ans déjà 190 bosniaques avaient résidé pendant plus d’un an dans ces mêmes locaux au moment de la guerre des Balkans.

 

La maison de retraite Larrazkena a fourni les repas du midi du lundi au vendredi permettant ainsi d’optimiser les installations existantes tout en assurant des recettes complémentaires pour son budget. Mobilisation d’une cinquantaine de bénévoles venus de touis les horizons. Ils ont assuré grâce à leur présence quotidienne, une aide précieuse et attentive auprés des résidents ; qu’il s’agisse de tâches ménagères pour assurer le maintien en état de propreté de l’ensemble des installations, ou de distribution des denrées provenant de la Banque Alimentaire, ou encore d’animation en assurant des cours de français, les conduisant à des activités sportives (foot, randonnées).

 

Leur dévouement a été exemplaire et leur simple présence attentive et chaleureuse a permis que tout se passe dans les meilleures conditions. Une vie s’est organisée, composée de moments d’étude : beaucoup suivaient assidûment les cours de français dispensés; de moments de détente : de musique avec un groupe de percussionnistes, activités artistiques ou culinaires, ou encore sportive : de nombreux amateurs et bons joueurs de foot ont rejoint le club voisin de Garazi pour s’entraîner toutes les semaines.

 

Tout cela constitue la preuve que ce qui a été possible dans notre petit village devrait pouvoir se faire dans des plus grandes agglomérations.

 

Que toutes ces personnes issues d’institutions déclarées comme la Croix Rouge ou le Secours Catholique, mais aussi toutes les autres d’ici et d’ailleurs, qui, sensibles au malheur d’autrui, ont décidé d’apporter leur contribution, en soient ici très chaleureusement remerciées. Cette expérience humaine a non seulement été riche d’enseignements mais elle a permis de créer des liens indéfectibles.

 

Aujourd’hui ils sont partis pour d’autres destinations dans l’attente d’une réponse, si possible favorable, d’une demande d’asile. Pour notre part nous souhaitons qu’Omar, Isam, Mohamerd, Advin et tous les autres puissent construire leur vie, une vie d’homme comme celle que nous souhaitons pour ceux que nous aimons, en conservant dans leur mémoire le souvenir de ce petit coin d’Euskal Herri qui s’appelle Baigorri.

 

Article rédigé par Bernadette Mousques, paru dans le numéro de mars 2016 de JAKILEA  le bulletin du Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque.

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic