Le point sur l’affaire Balaki et les amicales pressions

2016-2-08

La semaine dernière le tribunal administratif de Pau prononçait son jugement sur le fond concernant la légalité de la délibération du conseil municipal d’Itsasu sur l’achat du trinquet Balaki.

Pour mémoire les élus de la liste Herria bai, l’association Itsasu Herria bai et des habitants du village avaient demandé à l’administration d’exercer un recours à propos de cette délibération.

Le Maire de la commune avait perdu en première instance et en appel concernant le référé suspension, il vient de perdre sur le fond, le tribunal ayant annulé la délibération.

De l’avis des élus Herria bai il ne s’agit pas d’une victoire mais plus simplement la confirmation de la pertinence et de la justesse de leur argumentation. Ils veillent particulièrement à l’utilisation des fonds de la commune et ne comprennent toujours pas l’acharnement du Maire à vouloir acheter cet immeuble à un prix très supérieur à l’estimation des services des Domaines.

Roger Gamoy qui semble faire le mandat de trop n’a plus comme système de défense que d’accuser son opposition d’être anti-démocratique et de vouloir tout détruire.

Le Maire n’a toujours pas compris que les élus d’herria bai ne portaient pas le même projet politique que lui pour le village et que leurs démarches, leurs interventions se faisaient en respect des engagements pris lors des élections. D’ailleurs tout citoyen a le droit et la possibilité de contester la décision d’un conseil municipal et il faut considérer ce droit comme un outil de la démocratie.

Des dizaines d’années passées sans aucune opposition dans le conseil municipal ont certainement modelé chez notre maire une certaine conception mathématique de la démocratie, il pense que s’il est majoritaire tout lui est acquis et que les autres n’ont qu’à s’incliner et surtout ne rien dire, l’opposition n’étant finalement là que comme caution du système en place.

Il est temps que le premier itsasuar et sa garde rapprochée comprennent que les temps ont peut être changés et que l’on ne peut plus faire n’importe quoi n’importe comment.

Les élus Herria Bai et ceux qui les soutiennent continueront d’ être attentifs à tous les dossiers de la commune, celui de Balaki en particulier mais ce n’est pas le seul qui les inquiète.

Quant au respect de la démocratie doit-on simplement rappeler à notre maire que son conseil a voté majoritairement pour l’EPCI et ce contre son avis, ce qui ne l’a pas empêché d’inviter les opposants à ce projet et de les recevoir en mettant à leur disposition une salle communale ! Nous n’avons pas trouvé le procédé scandaleux, le débat est nécessaire et les voix dissonantes ont le droit de s’exprimer et d’agir…alors qu’il laisse son opposition s’exprimer et agir !

 

Enfin tout nous semble de plus en plus clair dans les rapports entre le Maire et Monsieur Neys, dans l'interview donnée à Euskal herri pays Basque sur FR3 Philippe Neys annonce la couleur « S'il ne fait pas appel l'option sera de vendre à l'extérieur »...pour quelqu'un qui disait il n'y a pas si longtemps qu'il n'était pas vendeur et que deux candidats à la Mairie l'avait sollicité avant les élections, l'affaire devient des plus étonnantes ! Pression ou chantage...

www.itsasuherriabai.com

 

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic