Itsasu : assis sur un tas d’or ou sur un tas d’ennuis et d’embrouilles ?

2015-9-12

Malgré toutes les tentatives des autorités de limiter la diffusion de l’information le secret de Polichinelle a fait long feu et les médias se sont emparé de l’information.

 

La SAS Sudmine créée en février 2013 et dirigée par C.Vallier gérant de l’entreprise Géoplus environnement a déposé un permis exclusif de recherche de mines d’or dit « permis de kanbo » sur une superficie de 126km2 comprenant une grande partie de notre commune.

 

Nous nous sommes déplacé à la Préfecture de Pau afin de consulter le dossier après avoir contacté les services préfectoraux et pris rendez vous. Arrivés à Pau il nous a été signifié que le dossier n’était pas public et nous n’avons donc pas pu en prendre connaissance.

 

Que cette partie de terre basque contienne de l’or n’est pour personne une nouveauté. L’exploitation de l’or alluvionnaire dans des mines à ciel ouvert a façonné une partie de nos paysages…un peu comme en Guyane ! 

 

Cet or il est bien où il est, propriété de la terre basque et de l’humanité, qu’il y reste bien enfoui…

 

Nous ne sommes pas si naïfs et nous n’ignorons pas que ce permis de recherche débouchera sur un permis d’exploitation et nous n’en voulons pas. L’histoire nous a appris que la recherche de l’or débouche toujours sur des conflits et le saccage de l’environnement, de la nature, de la biodiversité…certains hommes hypnotisés par l’éclat du métal et la possibilité de s’enrichir n’ont jamais reculé devant les actes les plus abjects allant jusqu’à l’ethnocide.

 

Sudmine qui nous est présentée comme une jeune entreprise à développement raisonné prospecte également en Guyane associée à Sands Ressources, la Guyane cette colonie où des milliers de kilomètres de cours d’eau sont pollués, des dizaines de milliers d’hectares de forêts tropicales déboisés et des amérindiens victimes d’une contamination mercurielle tout cela à cause de la recherche et de l’exploitation de l’or. Sudmine qui a également en vue des prospections au Gabon, en Guinée Conakry et en République Démocratique du Congo !

 

Bien que nombre de nos élus aient déjà livré notre terre aux promoteurs immobiliers et aux marchands du temple, il n’est pas question pour nous qu’ils la livrent aux chercheurs d’or…

Nous nous y opposons et nous appelons les itsasuar et les habitants de l’ensemble des communes concernées à prendre conscience du danger que représentent ces chercheurs d’or et à contrecarrer leur funeste projet.

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic