cadeau de Noel : le texte censuré par le Maire.

2014-12-23

ELUS D’OPPOSITION : ELUS POUR LE DECOR ?

 

  Ordokia, Beltxa, Trinquet Balaki, trois opérations pour lesquelles nous avons émis des avis et pour lesquelles nous n’avons jamais été entendus, mais avons-nous même été écoutés ?

  Concernant Beltxa nous avons demandé le 2 octobre 2014 au Maire de faire jouer son droit de préemption, nous avons soulevé les irrégularités qui entachent ce projet depuis plus de deux ans et les fausses informations affichées publiquement par le promoteur…aucune réaction, juste le laisser faire, ce laisser faire ne démontre t-il pas, à minima une certaine duplicité de la majorité ? Vous avez pu suivre sur notre site internet www.itsasuherriabai le développement de cette affaire.

  Trinquet Balaki, depuis plusieurs semaines voir plus, le village bruissait de rumeurs concernant ce bâtiment jusqu’à ce que le Maire laisse échapper volontairement ou pas qu’il avait entrepris des négociations avec Monsieur Neys, négociation dont il n’avait pas informé les élus. Nous avons donc écrit au Maire le 14 novembre 2014 un courrier dans lequel nous indiquions  qu’il nous semblait « de la plus haute importance que la commune organise une réunion publique concernant ce projet, réunion pour l’exposer aux habitants, expliquer ce qui leur en coûtera et prendre en compte leurs avis » - qu’il était « donc nécessaire avant toute décision que des devis soient réalisés afin de connaître le coût réel final de l’opération ». Les élus d'Itsasurentzat, eux-mêmes, aussi étonnés, ont fait part de leurs interrogations.

  Lors du dernier conseil, nous nous attendions raisonnablement à obtenir des informations sur le coût, les tenants et aboutissants de ce projet. Mal nous en prit, le maire n'apportant aucune réponse à nos questions et celles des conseillers d'Itsasurentzat. En fait, nous avons assisté à ce que l'on appelle un « coup de force » ; il fit juste, voter l'achat du trinquet  à 400 000 € (!!!), alors que de son propre aveu, il est estimé à 233000 € par les « Domaines de France ». Pour le reste il se contenta d'un « on verra ce que nous en ferons après l'achat ».

  Nous commençons à nous rendre compte de l’évidence : quels que soient nos avis, nos positions et nos arguments nous ne sommes pas écoutés et nous devenons peu à peu ces pots de fleurs qui ornent les décors, ça fait bien, ça fait beau mais cela ne sert à rien. Quand il s’agit de travailler dans les commissions, de passer des heures et des heures en réunion, de participer aux tâches afférentes aux conseillers, nous sommes salués et appréciés, quand nous osons dire ce que nous pensons, quand nous posons des questions, quand nous demandons des réponses nous sommes au mieux ignorés…

  A travers la tribune de ce bulletin nous souhaitons prendre à témoin les itsasuar en posant les questions suivantes :

  • Pourquoi cette urgence à acheter un trinquet dans un état délabré ?

  • aussi cher ?

  • sans raison objective apparente ni impérieuse nécessité, ( car après tout le maire et son équipe avaient annoncé tout autre chose lors de la campagne puisqu'ils avaient prévu « de mettre en place un partenariat avec le propriétaire du trinquet …) ?

  • sans aucune étude préalable sur les travaux de rénovation et de mise aux normes ni de gestion future ?

  • sans la moindre explication sur les raisons et le contenu du projet ?

  • sans consultation des itsasuar pour une délibération qui engagera des sommes exorbitantes ?

  • Dans cette affaire (ainsi que dans celle de Beltxa) le maire ne défend-il pas plus l'intérêt d'un particulier au détriment de l'intérêt public des itsasuar ?

  Pour notre part et en l'état, cette décision nous paraît irresponsable, antidémocratique et nous nous sentons  spoliés en tant que contribuables et élus.

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic