usain txarra

2014-10-25

ITSASU                                                                         25.10.2014

 

La commission urbanisme de la commune d’Itsasu s’est réunie mercredi 15 octobre au sujet de la déclaration d’intention d’aliéner concernant Ordokia Beltxa. Après consultation de son avocat et quelques amicales pressions sur les conseillers (rien n’est possible, si nous préemptons il faudra payer des dommages et intérêts etc…) la commission a voté à une large majorité le refus de préempter, seuls les 4 élus d’Herria Bai et d’ Itsasurentzat étaient favorables à la préemption.

Rappelons qu’il s’agit là d’une opération immobilière pour laquelle un terrain de 6200 m2 sera vendu à un promoteur immobilier afin d’y construire 4 maisons et 12 appartements. En 2012 le maire a  accordé un permis de construire alors même que ce terrain n’était pas vendu au promoteur. Certains conseillers municipaux de l’équipe précédente s’étaient plaints des manipulations du promoteur à ce propos s’estimant bernés par ce dernier.

 

Ce terrain aurait très bien pu profiter aux itsasuar si la mairie, comme l’ont proposé les élus d’Herria Bai,  avait fait usage de son droit de préemption, au prix demandé par le vendeur : 40€ le m2 (oui M. le Maire c’était possible ne vous en déplaise, même si vous avez manipulé le conseil par des arguments contestables en insinuant que ça ne l’était plus). Mais non, Le Maire a préféré se coucher, cette attitude, curieusement complaisante  prouve la duplicité avec Alaman le promoteur.

Les sieurs Larramendy et Alaman ont bien raison de ne pas avoir attendu la décision de la Commune pour commencer les travaux, ayant en la personne du Maire un allié objectif à leur projet. Ils avaient bien dû être informés qu’ils avaient affaire dans ce conseil à une majorité de « vierges effarouchées ».

Les mêmes qui disaient haut et fort qu’ils ne se laisseraient pas de nouveau rouler dans la farine se sont rangés sur une seule file derrière Roger le promoteur …complices de l’opération, collaborateurs zélés …

 

Non, vous n’aurez pas droit à un débat public sur la question car le maire n’en veut pas.

 

Nous ne sommes pas dupes, depuis longtemps nous prédisions ce qui allait se passer, nous ne sommes pas des observateurs passifs et nous connaissons la pugnacité des promoteurs…

 

Et que le Maire ne mélange pas tout, sa dernière ruse étant de lier la question d’Ordokia Beltxa au trinquet Balaki. Tiens quel est le rapport ? Si on préempte on ne dispose plus des fonds pour acheter Balaki (ce qui prouve déjà que les fonds existent pour préempter !).

 

Et l’on apprend que le Maire et son premier adjoint ont négocié avec Philippe NEYS (pour ceux qui ont la mémoire courte il fut adjoint de Pierre IHAROUR le temps de faire mettre en place le projet Plaza Berri en vendant des terrains de la propriété familiale, après il démissionna partant s’intéresser à la Fédération de Pelote et à l’Aviron Bayonnais…mal lui en prit…il finit tout de même comme sixième adjoint au Maire de Bayonne). Monsieur le Maire veut absolument acheter le trinquet Balaki et en a fait estimer la valeur par le service des domaines. Cette estimation dont nous connaissons le montant, le Maire refuse qu’elle soit rendue public. Et oui pauvres hères que nous sommes tout ceci est secret d’état et ne nous regarde pas, c’est un peu comme les comptes de l’UMP et de son trublion, Roger a été à bonne école, circulez il n’y a rien à voir et surtout rien à savoir…. P.NEYS en veut plus de deux fois l’estimation des domaines, manque pas d’air pour un bâtiment construit en partie avec des aides publiques de Jeunesse et Sport ! Il semblerait qu’au final un accord interviendrait autour de 1,75 fois l’estimation des services de l’état !.

 

Alors on va recommencer…s’agenouiller devant les désidératas de l’adjoint bayonnais sous prétexte du démagogique argument de la pelote basque ?

 

Les élus n’ont pas à se plier devant les exigences de Monsieur NEYS pour un bâtiment en si mauvais état même si on sait la volonté du Maire de l’acquérir et accessoirement d’y créer également un espace de stationnement public. L’éventuelle acquisition du trinquet doit se faire sur la base de l’estimation des domaines et il n’est pas question qu’une nouvelle fois une personne s’enrichisse sur le dos de l’ensemble des itsasuar. Et ce n’est pas le chantage à la licence de vente d’alcool associée à ce bâtiment qui nous fera changer d’avis : a-t-on besoin d’un trinquet ou d’un débit de boissons ?

 

Neys, bien connu dans le patronat local (MEDEF) n’est pas un philanthrope, il va encore faire une bonne affaire en se débarrassant de ce vieux trinquet. ..croyez vous qu’il serait vendeur si c’était rentable ? On appliquera encore une fois la vieille recette : privatiser les profits et collectiviser les pertes.

 

 

www.itsasuherriabai.com

 

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic