Poême

2013-5-01

Maître Jean Paul sur une radio perchée

Tenait à peu prés ce langage

Je ne suis pas le chien, je suis le berger !

Sur la même radio bondit alors Roger

Qui évitant tout dérapage

Livra son intention de ne pas se coucher.

 

Le premier jurait partout que c’était son tour

L’autre lui répliquait qu’il ne quitterait pas sa tour

Et aux abertzale sans détour

les yeux doux étaient de retour

à Itsasu leur soif de pouvoir

ouvrait une guerre d’accession au perchoir.

 

Année après année unis à la mairie

Qu’ont-ils donc fait de ce village

Fidèles à la droite, de ces verts pâturages

Ils n’ont eu cesse de faire des lots bâtis

Ils sont complices issus du même lit

descendants fidèles de la momie Marie

 

Ce n’est aujourd’hui qu’une lutte d’égo

Renvoyez les donc jouer au lego

Vierges effarouchées se parant de vertus

Ils ne sont que bouffons exigeant de la rue

Qu’elle leur donne le pouvoir

D’exercer leur bon vouloir

 

Et les abertzale

S’ils se sentaient tentés,

De se renier

Se verraient obligés

 

Que tu te prennes pour un berger

Que tu te prennes pour un banquier

Que tu sois prêt à te renier

N’oublie pas, n’oubliez jamais

Depuis longtemps une voix s’est levée

Celle de la gauche abertzale.

 

Tags:

Please reload

October 24, 2019

August 20, 2019

Please reload

Articles récents
Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic